Créateurs de notre Réalité

 

 

Créateurs de notre réel: cela peut paraître à première vue totalement contre-intuitif. Nous avons plutôt l'impression de subir une réalité qui nous est imposée de l'extérieur, avec laquelle nous devons composer pour nous en sortir, en tirer le meilleur, saisir les opportunités que cette réalité -extérieure à nous- nous offre. 

Ce que nos sens nous renvoient de ce monde perçu comme extérieur à nous ne peut pas être -selon notre intuition- différent de ce que n'importe qui plongé dans la même réalité percevrait. Cette certitude de vivre la même réalité est à l'origine de tous nos malentendus et nos conflits. Les éclairages fournis depuis des décennies par la psychologie sociale, la psychologie humaniste, les sciences cognitives et les neuro-sciences ont permis de mettre en lumière que nous avons chacun établi une carte du monde bien personnelle d'une réalité qui finalement échapperait à toute description définitive et fatalement réductrice.

Et si je faisais l'audacieuse proposition que le réel qui m’apparaît extérieur à moi est en fait indissociable de ma réalité intérieure vécue: ce sont les deux faces de la même pièce qu'est ma conscience. Consciemment je peux alors influer sur mon réel. Je ne dois plus alors me battre avec ou contre une réalité perçue comme extérieure à mon petit moi non relié, mais je peux agir en conscience sur le jaillissement à chaque instant du réel. Je suis alors le créateur conscient de mon réel.

  

L'observation de soi

Pour donner la pleine puissance à mon libre arbitre dans la création de mon réel, il devient indispensable de rendre conscient des parts de moi qui sont inconscientes. C'est nécessaire quand ces parts inconscientes pérennisent des comportements, des attitudes et des croyances qui m'empêchent d'agir sur mon réel. Il est important que je les vois pour ce qu'ils sont: des conditionnements. 

Comment puis-je y arriver? Par un processus d’observation de soi. Des émotions, des pensées, des sensations me traversent et j'en prends conscience. C’est justement à cet endroit -là que je suis créateur: dans l’instant d’embrassement de la réalité. Dans cette observation honnête, je peux observer les parties de moi qui sont conditionnées, limitées par mon histoire, comme celles plus lumineuses reliées à une conscience plus éclairée.  Car il y a une conscience plus large que mon « petit moi » et cette conscience est la « liberté-même ». Vous pouvez l’appeler selon votre préférence: l'intelligence de vie universelle, le Soi (comme le définissait Carl Jung), ou pourquoi pas l’intuition suprême, ou tout autrement. Cette conscience est en fait ce que nous sommes en essence et agirait à travers nous.  C'est la part qui sait et c’est qu’il est le substrat de tous les potentiels de ce que je peux être.

 

Honnête avec mon présent pour préparer mon futur

A partir de ce que j'observe de moi, je peux me poser la question : qu’est-ce que je fais avec ça ? Qu’est-ce que je souhaite pour moi-même ? Vais-je accueillir ce que je ressens ou vais-je l'ajourner? Vais-je le fuir pour un rêve lointain ou vais-je le regarder honnêtement? Quel le plus petit pas que je pourrais faire dans l’instant ? De la manière dont je vais accueillir l'instant, découlera mon futur.

Dans cette approche honnête de la création de notre futur, nous sommes donc très loin d’une pensée magique ou d’une recette miracle qui va exaucer tout ce que nous voulons dans notre vie, et plus particulièrement cette approche est aux antipodes des dérives New-age qui ont accouché de cet ouvrage Best seller américain "Le Secret". Mais cette constatation ne nous empêchera pas d'avoir des rêves et de mettre en place tout ce qu'il faut pour les réaliser!

En conclusion, cet atelier n'est pas:

 

Une recette miracle

Une vérité établie

Un travail thérapeutique

Mais ça ressemblerait plutôt à:

Un éclairage sur ce qui habite et cohabite à l'intérieur de nous.

Une façon d'apprendre à voir plus subtilement où nous pouvons trouver une marge d'action et de liberté.

Une opportunité pour accueillir aussi les limites de notre humanité.

Une invitation à voir nos fonctionnements, nos angles morts et les histoires que nous nous racontons.

Un espace pour clarifier d’où viennent nos intentions et comment renforcer celles qui répondent le plus à nos besoins essentiels.

Une occasion de découvrir que la vie a beaucoup plus d’imagination que nous pour nous donner exactement ce dont nous avons besoin. C’est donc aussi apprendre à laisser de l’espace, ouvrir, lâcher, faire confiance.

 

Ce sera par la voie de la méditation et l’exploration corporelle que nous découvrirons tous les potentiels qui nous habitent.

Le corps est une porte d’entrée vers tous les possibles et ils sont infinis…